Chirurgie mini-invasive

  • Définition
  • Les techniques
  • Les étapes
  • Les résultats (les avantages)

Définition chirurgie antérieure mini invasive

Grâce aux progrès techniques, la chirurgie prothétique est devenue moins invasive. Elle permet au chirurgien d’accéder à l’articulation par de moins grandes incisions, en épargnant au maximum les éléments musculaires et capsulaires. Les cicatrices qui en résultent sont raccourcies. Cette technique permet une récupération plus rapide du patient après la chirurgie. La voie antérieure de hanche est la seule voie mini-invasive.

Elle permet en outre, de minimiser les traces de l’intervention chirurgicale

TECHNIQUE MINI INVASIVE

La voie mini-invasive antérieure (voie de Hueter modifiée)

C’est une technique exigeante, devenue très courante, car la voie antérieure est considérée comme la moins invasive.

La technique par abord antérieur mini-invasif permet de passer entre les muscles sans les couper et de ne couper que le col pour extraire la tête du fémur qui sont remplacés par la prothèse.

La procédure est facilitée par les instrumentations modernes et la voie antérieure peut être réalisée ou non à l’aide d’une table orthopédique dédiée à l’implantation des prothèses articulaires. J’utilise cette table orthopédique qui permet d’avoir une position stable et reproductible du membre inférieur.

Les étapes

Afin de ne pas léser le nerf fémoro-cutané, l’incision, d’environ 10 cm, est centrée sur le muscle tenseur du fascia lata. 

La gaine du muscle est incisée permettant d’écarter le muscle et d’éloigner le nerf fémoro-cutané.

La capsule articulaire est incisée en forme de drapeau pour être conservée.

La coupe du fémur est réalisée à la hauteur prévue en pré opératoire (voir radios à taille réelle). Cela permet de sortir la tête sans forcer. Le cotyle est exposé et préparé à la fraise motorisée.

La prothèse cotyloïdienne définitive peut être impactée ou scellée.

La préparation du fémur est facilitée par la position de la table. Le fémur est alésé progressivement jusqu’à sa taille définitive. La tige et la tête fémorale d’essai permettent d’évaluer la longueur et la stabilité de la hanche.

Puis la prothèse fémorale définitive est impactée ou scellée.

La voie d’abord antérieure permet une fermeture moins traumatisante. Je referme la capsule. La gaine du tenseur est rapprochée par un surjet. Le plan graisseux sous cutanée est rapproché par des points résorbables et la peau est suturée. Il n’y a en général pas de drainage.

Les avantages de la voie antérieure mini-invasive

C’est une vraie procédure mini-invasive car elle est caractérisée par la préservation des muscles et des tendons rencontrés lors de l’approche de l’articulation et par une incision cutanée réduite.

La technique de pose de prothèse totale de hanche par voie antérieure est la vraie chirurgie mini-invasive.

 L’approche antérieure est la seule technique qui suit un espace intermusculaire et inter-nerveux, réduisant ainsi les risques de lésions des muscles, des tendons, des vaisseaux et des nerfs.

Pour cette raison, la voie d’abord antérieure est l’approche idéale pour une CHIRURGIE ATRAUMATIQUE.

Elle est fondamentale pour une récupération rapide du patient après sa chirurgie prothétique de la hanche (PTH).

Voie antérieur de Hueter modifiée

Cette technique procure les avantages suivants :

  1. Diminution de la douleur post-opératoire,
  2. Récupération rapide,
  3. Séjour hospitalier écourté,
  4. Taille de cicatrice réduite,
  5. Retour précoce à la vie normale,
  6. Diminution des saignements,
  7. Réduction significative du risque de luxation,
  8. Prévention de la boiterie