Docteur Michaël Hossenbaccus - Chirurgien Orthopédiste - Chirurgien du membre inférieur - Chirurgie de la main - Consultations sur rendez-vous au 05 53 02 16 17

Entorse du genou

L’entorse du genou est un traumatisme très fréquent du genou qui survient principalement lors des activités sportives mais qui peut survenir dans d’autres situations accidentelles. Le mouvement forcé ou torsion du genou entraîne un étirement, une élongation, un arrachement ou une rupture des ligaments qui permettent la stabilité articulaire du genou.

Quelles sont les causes d’une entorse du genou ?

Elles sont nombreuses et variées :

  • Les traumatismes du sport et surtout lors des activités sportives dites de « pivot », comme le football, le ski, le rugby, les sports de combat…
  • Après un traumatisme direct du genou (accident de la voie publique),
  • Les glissades, les faux mouvements lors de chutes ou lorsque le pied est bloqué au sol et le genou entreprend un mouvement de torsion forcée.

Les éléments stabilisateurs du genou

Le genou est une articulation complexe non emboitée, stabilisée par des éléments passifs mais aussi actifs.

Les stabilisateurs passifs :

  • Le pivot central :
  1. Le ligament croisé antérieur,
  2. Le ligament croisé postérieur.
  • le système tendino-ménisco-capsulo-ligamentaire :
  1. Les deux ligaments stabilisateurs latéraux, externe et interne (LLE et LLI),
  2. Les deux ménisques, externe et interne,
  3. L’ensemble des renforcements capsulo-ligamentaire postérieur, postéro-interne (point d’angle postéro-interne PAPI) et postéro-externe (point d’angle postéro-externe PAPE) et le tendon poplité,
  4. Le ligament antéro-externe.

Les stabilisateurs actifs :

Les stabilisateurs passifs de l’articulation du genou sont soutenus activement par le système musculaire autour du genou.

Le quadriceps participe à l’extension active du genou et permet le verrouillage actif en extension.

Les ischio-jambiers, les muscles de la patte d’oie.

De quoi s’agit-il ?

Il faut avant tout distinguer deux grandes catégories dans le cadre des entorses du genou :

  • Les lésions ligamentaires récentes (les entorses fraîches, aigues),
  • les instabilités chroniques du genou sur antécédents de lésion ligamentaire, lorsque l’entorse est ancienne et n’a pas été traitée convenablement.

L’entorse du genou est souvent schématiquement classée en fonction de sa gravité :
Entorse bénigne lorsque le traumatisme n’entraîne qu’un simple étirement des ligaments, sans aucune rupture ou déchirure.
Entorse moyenne caractérisée par une déchirure partielle du ligament sans interruption de la continuité du ligament.
Entorse grave caractérisée par la rupture d’un ou des ligaments du genou. La rupture d’un des ligaments croisés (antérieur ou postérieur) est considérée d’emblée comme une entorse grave eu égard aux conséquences ultérieures.

Il est essentiel de réaliser une évaluation précise du traumatisme du genou :

  • L’entorse peut générer des lésions des cartilages du genou pouvant aboutir à de l’arthrose.
  • L’entorse peut être associée à une lésion méniscale qui peut aussi être un facteur de risque au long cours d’arthrose.
  • L’entorse peut être associée à une fracture ou à une contusion osseuse.
  • La rotule peut être traumatisée lors de l’accident initial voir se dérégler secondairement (syndrome rotulien douloureux).
  • L’entorse est un facteur de risque pour des lésions dégénératives du genou.

Conduite à tenir devant une entorse du genou

Un genou traumatisé doit être évalué rapidement. Il faut faire un diagnostic de gravité au plus vite. L’absence de traitement approprié d’une entorse de genou, qu’elle soit bénigne ou grave, peut aboutir à des troubles fonctionnels importants de l’articulation et ultérieurement à des lésions dégénératives de cartilage d’autant plus que les lésions sont sévères. Une entorse du genou doit faire évoquer une rupture du ligament croisé antérieur jusqu’à preuve du contraire.
Le traitement médical et fonctionnel est le plus souvent envisagé pour une entorse bénigne et nécessitera une surveillance.
L’entorse caractérisée grave doit être diagnostiquée précocement pour mettre en place le traitement adapté qu’il soit médical, fonctionnel ou chirurgical. L’entorse négligée risque d’évoluer vers un genou douloureux, lâche ou instable chronique et à terme vers de l’arthrose qui conduira vers un traitement plus difficile ou complexe avec un risque de résultat aléatoire.

Il faut rechercher les signes de gravité de l’entorse :

  • Le mécanisme de survenu de l’entorse (le sens de la torsion ou de la rotation du genou),
  • l’importance de la douleur accompagnée ou non d’un craquement du genou,
  • l’impossibilité de reprendre son activité physique immédiatement après le traumatisme (boiterie, impotence, douleurs),
  • l’impression d’un genou qui ne « tient pas », qui se dérobe (instabilité),
  • un gros genou, tendu (épanchement de sang ou hémarthrose) et parfois une ecchymose autour du genou.

L’examen clinique :

  1. Il faut confirmer visuellement l’importance du gonflement et des ecchymoses.
    La palpation confirme les zones douloureuses (les reliefs osseux, les zones d’insertions ligamentaires et la périphérie des ménisques).

    Avant de pousser l’examen clinique plus loin nous faisons réaliser des radiographies pour éliminer une lésion osseuse associée.

    Recherche des mouvements anormaux :
    – Évaluation des mouvements latéraux en extension et en flexion,
    – recherche d’un tiroir antérieur (manœuvre de Lachmann). L’arrêt mou est évocateur d’une rupture du ligament croisé antérieur,
    – recherche des autres tiroirs antérieurs ou postérieurs en flexion et en rotation,
    – D’autre manœuvres sont parfois réalisées en fonction de l’indolence.

Au terme de l’évaluation initiale :

  • s’il s’agit d’une entorse bénigne sans signe de gravité : Le traitement est médical et fonctionnel.
  • s’il y a des signes de gravité, s’il y a un doute sur une rupture ligamentaire, une lésion méniscale ou d’autres lésions associées, le genou est immobilisé et nous poussons les investigations par des examens complémentaires (radiographies, IRM)

Traitement de l’entorse du genou

 L’entorse bénigne du genou :

  • Immobilisation du genou par une attelle de durée variable en fonction des lésions,
  • traitement antalgique et anti-inflammatoire,
  • glaçage quotidien pour diminuer la douleur, le gonflement et l’hématome,
  • arrêt temporaire du sport,
  • physiothérapie puis traitement fonctionnel par le kinésithérapeute.

L’entorse grave du genou :

Le traitement chirurgical est rarement urgent et doit le plus souvent être précédé d’un traitement médical et fonctionnel adapté au cas par cas. La suture directe des ligaments est parfois réalisée en urgence pour les ligaments latéraux lorsqu’il y a des lésions associées.

Dans le cadre des lésions des ligaments croisés et surtout du ligament croisé antérieur, il se discutera une ligamentoplastie (DT4, DIDT, KJL, +/-associée à une ligamentoplastie externe).

Les lésions méniscales associées conditionnent aussi le choix thérapeutique et l’urgence du traitement.

Fermer le menu